Zenylom : Chroniques terriennes de JM Blanchard

ZenylomRésumé

Zenylom, explorateur en provenance de la planète Qvabh, est en mission sur Terre pour étudier ses habitants. De situations cocasses en quiproquos baroques, il tentera de comprendre au mieux nos coutumes. Plusieurs rencontres jalonneront son périple, mais réussira-t-il à croiser la route de celui qu’il tient pour le penseur terrien le plus influent, Michel Sardou ?

 

Extrait

 

Le spectacle qui m’est offert provoque ma plus vive surprise : devant mes yeux ébahis, un vidéogramme montre plusieurs Terriens en train de s’accoupler. Je comprends vite qu’il s’agit d’un canal dédié aux documentaires sur la reproduction des Terriens. Ainsi, une femelle, après avoir introduit l’un de ses doigts entre ses membres inférieurs, est soudainement agitée d’une convulsion qui constitue sans doute l’entame d’un processus de parthénogenèse. Si j’en crois mes lectures sur la physiologie terrienne, son utérus éjectera un nourrisson d’ici neuf mois. La femelle est ensuite rejointe par un mâle doté d’un organe génital curieusement long et extensible, bien plus que celui du croquis figurant à la section « Anatomie » du Manuel. Je découvre alors que la parade nuptiale des Terriens obéit à des règles très codifiées : coït buccal, puis vaginal, et enfin conclusion par une diffusion du fluide séminal du mâle sur le visage de la femelle. Il s’agit vraisemblablement d’une pratique contraceptive dont je salue l’aspect écologique. Ces Terriens évitent ainsi le recours à la chimie, ou encore l’usage d’un film plastique protecteur. J’en déduis que ces vidéogrammes documentaires sont massivement utilisés pour l’éducation des jeunes.

 

Où le trouver : http://www.amazon.fr/dp/B0150T69W8

Comment ça vape bien ?

Que d’aventure depuis ce dernier billet !

Petit résumé.

Une cigarette électronique est composée d’une batterie et d’un atomiseur, la première envoyant du courant à une résistance qui en chauffant va sublimer un liquide.
Majoritairement, l’entrée dans le monde de la vape se fait par le matériel suivant :
Batteries : Ego ou Evod de différentes capacités exprimées en milliampère/heure, avec une possibilité de régler la tension (en volts) sur les dernières versions.
Atomiseurs : Evod BCC ou Stardust avec leurs variantes ( tank -réservoir- en plastique ou en verre, driptip – partie en contact avec les lèvres- amovible ou non, résistances plus ou moins élevées…)
L’avantage de ces modèles est la simplicité d’utilisation, la discrétion, la facilité d’entretien.
Le e-liquide est composé de propylène glycol (PG) et de glycérine végétale (VG) en proportion différente suivant le rendu attendu; dans ce mélange s’ajoute de la nicotine à un niveau plus ou moins élevé. Il est possible de faire ses propres mélanges en ajoutant les arômes de son choix à ces trois éléments de base (ou 2 si le mélange est sans nicotine).

Level UP !

J’ai donc commencé à faire mes mélanges. Très vite, les ato en ma possession se sont retrouvés inadaptés pour les dégustations : pour bien faire il aurait fallu changer la mèche à chaque nouveau liquide. Vu le montage de cette dernière dans les Evod ou Stardust, ça impliquait de changer la tête de résistance également. Il fallait trouver autre chose. TWINGO ! Non seulement il est possible de refaire les résistances (et donc on utilise toujours la même tête) mais on peut utiliser du coton en guise de mèche.

Précisons

Les mèches de base sont en fibres de silice, parfois appelé Ekowool et on entoure le fil résistif (du Kanthal ou de l’inox) autours; difficiles donc à enlever et à changer sans détruire les spires de la résistance ou la mèche. On peut toujours refaire un montage (coil+mèche) complet à chaque fois mais on cherche à se simplifier la vie. C’est là qu’intervient le coton : on fait sa résistance autours d’un objet cylindrique on la met en place et on introduit une mèche en coton (bio, non traité, de préférence) qui peut être changée à chaque nouveau liquide. On enlève l’ancienne, on fait rougir la résistance pour la nettoyer – c’est le dry burn- et on remonte une mèche.
WUNDER(presque)BAR ! Ce qui serait top serait de ne pas avoir à démonter l’ato à chaque nouvelle dégustation.

The answer : le dripper

Le dripper : l’outil indispensable pour goûter à tout va. C’est un atomiseur sans réservoir, à coils reconstructibles qui s’utilise en imprégnant directement la mèche à l’aide de quelques gouttes de liquide. Non seulement c’est juste l’objet parfait pour ce que je cherchais à faire mais en plus le rendu est savoureux ! Évidemment c’est contraignant pour une utilisation all day à moins de se balader avec sa bouteille de jus et quelques bourres de coton (oui car ce dernier n’aime pas du tout le manque de liquide : il crame. C’est le dry hit et c’est pas bon du tout.)
Le seul défaut de ce type d’ato c’est qu’il relègue l’Evod ou le Stardust en objet frustrant : moins de goûts, moins de hit. On peut pallier cela en baissant la valeur des résistances, en variant les mélanges d’arômes, le taux de nicotine et la teneur en PG/VG.

Donc on en est là : un atomiseur dont on refait la résistance avec une mèche en coton pour un rendu des saveurs vraiment très bon. Malheureusement il n’est pas des plus pratique à utiliser en dehors de chez soi. Mais alors que faire ? Et puis les résistances, c’est pas un peu dangereux de jouer avec ça ? (To be continued…)

VIP (Vape In Peace)

Vieille locomotive à vapeur
Old locomotive nameless, 19 novembre 2006 – Nejmlez

Et encore un article sur la vape !

Oui, je sais bien qu’il en existe déjà pléthore et que celui ci n’apportera rien de neuf que le plaisir d’échanger, en plus de garder trace de l’évolution de ma pratique de ce nouveau sport.

J’ai franchi le pas il y a 34 jours. C’est étonnant quand on connait ma propension à ne pas retenir les dates, à ne pas compter les jours que je sois capable d’être précis sur ce sujet. J’en avais tellement marre de fumer que j’ai intuitivement marqué à jamais cette date dans mon esprit. Chaque journée sans clope, je la vis comme une petite victoire. Je savoure les réveils sans quinte de toux, sans mouchoir.

Choisir c’est renoncer

N’étant pas plus malin que Manu, j’ai commencé par la classique Ego-T livré dans un pack avec 2 batteries, 2 clearomiseurs EVOD BCC et 2 Stardust V3. Vu le temps que ça m’a pris, je t’offre le cheminement qui a guidé mon choix. C’est cadeau, ça fait plaisir !

Passons  rapidement sur la capacité des batteries, une puissance de 650 mah me paraissait bien suffisante (je les recharge tous les 2 jours en moyenne).  Ensuite : cartomiseur ou clearomiseur ? Alors là, au début c’est un peu le barouf. Pour faire simple, le carto est équipé d’une bourre qu’il faut humidifier, le clearo de mèches qui trempent dans un réservoir. Ces derniers offrant une capacité plus importante et une visualisation du niveau de liquide restant, ils sont plus adaptés à un novice.e-cig

C’était fastoche de choisir, alors ? Oui, mais non. Une fois le clearo sélectionné il faut encore se demander si on va le choisir avec une résistance en haut ou en bas ? Là, parlons plutôt expérience : vu la composition de mon pack, j’ai pu tester les 2. Le stardust (en haut) offre une vapeur plus chaude et demande une petite gymnastique en fin de réservoir afin que les mèches soient bien imprégnées. Dans l’absolu il est recommandé de vapoter à l’horizontal (et comme les 1ères fois tu as foutu du liquide au mauvais endroit, tu vas avoir la CHANCE d’en apprécier la saveur ! :/ ). L’EVOD (en bas) offrira une vapeur…plus froide ! C’est bien je vois que tu suis. L’avantage de ce dernier est que le liquide est constamment en contact avec les mèches. Après, comme quasiment tout ce qui concerne la e-cig, c’est toujours une histoire de goût. Je préfère vraiment l’EVOD tant par la sensation que le look de l’ensemble. (Photo : EVOD à gauche/ Stardust à droite)

Bon, ça y est on peut les remplir ? Du calme : comme tu as pris soin, dans un élan d’amour pour la planète (et de ton portefeuille) d’opter pour des atomiseurs réparables (on évite ainsi de jeter l’ensemble de la pièce en ne changeant que la résistance) il faut maintenant sélectionner cette dernière. En gros plus la résistance est faible (tu te rappelles ? Ça se calcule en Ohm), plus l’atomiseur dégagera de chaleur, le pendant étant une fragilité et une consommation accrue. Le but est toujours de trouver le plaisir max, chacun aura sa propre opinion en testant les différents modèles proposés.

Allez, HOP ! Trêve de blague à part, on attaque les liquides.

La première fois, tu croises les doigts quand, comme moi, tu t’approvisionnes par le net. Il faut te fier à ce que tu vas lire sans savoir le moins du monde ce qu’est un goût sucré, amer, acide puisque tu n’as jamais testé. Si la possibilité existe, c’est quand même plus intéressant de faire un saut chez un revendeur et de compter sur son professionnalisme pour te guider.

Il est très important de ne pas se frustrer dès le départ : choisir un taux de nicotine suffisant est primordial pour que l’envie d’une vraie clope disparaisse rapidement. Un mix de différents taux permet de se tester et de pallier un manque au cas où. Pour ma part, 18mg/l et 11mg/l m’ont permis de cesser très rapidement le tabac. Au début je choisissais assez régulièrement le plus fort des mélanges puis assez naturellement un équilibre s’est crée sur la journée.

Arrive le moment de renouveler son stock. J’ai bien aimé mes 2 premiers e-liquides mais franchement je les trouve trop chers. Comment faire ?

Do It Toi-Même !

Yes, Neness ! Ça c’est de l’idée de compet : faire ses propres mélanges. Le principe est très simple : une base, des arômes, des additifs. La base c’est un mélange PG (propylène glycol)/VG (Glycérine végétale)+Nicotine. Pour débuter, le ready made est plus simple. Il faut juste sélectionner la proportion des 2 éléments sachant que le PG (est un grand parti…Heu pardon, je m’égare) favorise le hit (sensation de picotement dans la gorge) et la VG s’occupe du rendu de vapeur. Comme je me sens désormais fort : 12 mg/l de nicotine devrait suffire. A ceci on ajoute un (ou plusieurs) arôme (les goûts, les couleurs, la coupe de cheveux de ta sœur…) et des additifs. Les incontournables sont la vanilline (qui agit comme un exhausteur de goût) et le Sweetener (Sucralose) qui permet de sucrer une recette.

Un autre élément indispensable est la patience. Suivant les éléments il faudra attendre quelques jours pour un mélange réussi. Par exemple lors de mes 2 premiers essais, la gourmandise m’a fait tester avant les 48h préconisées et l’un des 2 s’est révélé aussi bon qu’un plat de civelles à la cervelle de bœuf. Il s’est toutefois bonifié quelques heures plus tard. Certains arômes, comme la menthe sont consommables sans macération et malgré une réticence au début (« T’as pas une clope ? » « C’est une menthol. » « Ha…Ok, pas grave… »), se révèlent au final très agréables.

Donc j’en suis là, à réfléchir à mes prochaines préparations, à me dire qu’il serait temps de tester un carto, d’acheter d’autre clearo pour toujours plus de nouveaux goûts…Au fait je t’ai parlé des MODS ? (To be continued…)

Filôche, le mec de gôche

Tête de moutonUne nouvelle corde à mon arc : je suis bloqué sur Twitter par Filoche ! Juste parce que j’ai osé, face à sa morgue anti FdG lui lancer un « TA GUEULE » !

D’aucun pourrait croire que je fus violent dans mes propos mais j’insiste : TA GUEULE Filoche ! Tu n’es qu’un pantin manipulé par le PS. Tu n’es qu’une fausse caution de ce qu’il reste de socialiste à ce parti. Tes larmes sur l’affaire Cahuzac m’ont, je dois l’avouer, fait bouger le testicule gauche. Puis j’ai vite compris la manœuvre. Tu te donnes en spectacle pour prouver que « le PS ce n’est pas ça » (Ho ! NON ! Ho ! NON !)

Mais au fait : qui es-tu ? Cette position de membre du bureau national que tu déploies à chacune de tes prestations, ce poste de…de…Mince, je ne trouve rien d’autre. Alors, qui es-tu ?

Une caution consentante et consternante, je le redis et du coup tu fais mal à cette gauche que tu fais semblant de défendre.

Je suis heureux de notre désaccord. Sans toi, je vais continuer à militer, à expliquer qu’il faut se méfier des pleureuses du gouvernement. Tu sais , ce gouvernement que tu défends; celui de l’ani qui sera signé malgré tes 16000 vues sur YouTube. Celui que tu défendras encore après cette signature, juste histoire de prouver qu’il est bien de gôche. De mon côté, humble et sans laisse, sans me faire inviter sur aucun plateau télé à montrer ma tronche de chien battu (mais bien nourri), j’expliquerai le danger de gens comme toi.

Hasta la vista camar…Ha, non, là je n’y arrive pas.

CHOUETTE ! Bientôt les vacances.

paysage

Tic tac tic tac. Les secondes s’égrainent, évidemment trop lentement. Je suis comme un môme la veille de noël. JE VAIS BIENTÔT ALLER À PENMARC’H ! Bientôt je serai déconnecté à tous les sens du terme. Putain, quel plaisir à venir. Mes news je les lirai dans le vent, mes tweets dans les embruns, dans ma télé il n’y aura que l’immensité de l’horizon.

Non seulement l’époque est moche mais les réponses que chacun essaye d’y apporter sont pétries d’égoïsme corporatiste, de mensonges éhontés, de bêtise crasse. Et comme tout cela vient de nos « élites », le peuple acquiesce. Il n’a plus le sourire le peuple mais il dit oui parce qu’on lui a dit qu’il n’y avait pas d’alternative. Et comme il n’a pas envie de réfléchir, il part s’acheter son sac de graviers.

On pourrait croire que l’affaire Cahuzac ouvrirait les yeux des gens de « gauche » (à droite rien à espérer : ils proposent une loi d’amnistie pour les délits fiscaux…) , je n’y crois pas. Une bonne petite comm’, un lynchage en bonne et due forme, un soutien sans faille des éditocrates et le PS se retrouvera lavé de tous les maux…Et on repartira sur un rythme normal : à toi, à moi. Trouve moi un(e) responsable politique qui a le sens du COLLECTIF, un sens aigu de l’éducation, une rhétorique digne et responsable dans ce qui nous est proposé par les bi-partisans. J’attends.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, je viens de découvrir que même au sein des collectifs citoyens, il existe des gens gangrénés par le « c’est moi qu’à raison ! » De l’égotrip déplacé et surtout bien pénible.

Voilà, je crois que nous sommes dans une merde incommensurable où même au sein de partis progressistes et novateurs, le mal est dans les cœurs, profondément ancré : il faut que tu sois LE MEILLEUR, LE BOSS, LE CHEF, LE LEADER.

Pour cette seule et unique raison je valide : There is no alternative. Je dois aller voir la mer…